Accueil > Moyens d'action > Les Éco-gestes > Les Éco-gestes "Consommation"

Les Éco-gestes "Consommation"

#1 « Donner une seconde vie à ses vêtements »

Quel est l’impact du « gaspillage vestimentaire » ?  

On entend désormais beaucoup parler du gaspillage alimentaire mais il existe un véritable problème lié au gaspillage vestimentaire. Saviez-vous que sur les 5 millions de tonnes de vêtements mises sur le marché, près de 4 millions de tonnes de textiles, neufs ou usagés, sont jetés en Europe chaque année ? En France, 70% des vêtements jetés finissent à la décharge. Ainsi, le secteur de l'habillement est au deuxième rang mondial en termes d'impact sur l'environnement. L’industrie de la mode génère 21 fois plus de gaz à effet de serre que l’ensemble des vols internationaux et du transport maritime combinés. En effet, l’industrie textile repose essentiellement sur des ressources non-renouvelables : le pétrole pour produire des fibres synthétiques, les fertilisants pour faire pousser le coton et les produits chimiques pour produire de la teinture et les finitions des fibres et textiles. (source : A New Textiles Economy : Redesigning Fashion’s Future). Concernant la Principauté elle-même, les textiles incinérés à Monaco représentent 11,6% du tonnage de déchets et 10% des émissions GES des déchets. Il s'agit donc de la 2e source d'émission des déchets après le plastique et avant tout le reste (carton, métal, papier, verre, etc.), probablement à cause du contenu en fibres synthétiques.

Comment lutter contre ce gaspillage ?  

-       Vous pouvez les revendre : bien souvent, les articles de mode achetés ne sont pas portés plus d’une dizaine de fois. Ainsi, il est possible de les revendre sur des plateformes dédiées à la revente des articles de seconde main, lors d’événements type vide-dressing ou dans des magasins de dépôt-vente.

-       Vous pouvez les donner à des oeuvres caritatives : pour les vêtements en bon état, secs, sans trous ni tâches, c’est une solution à la fois généreuse et écologique. A Monaco, de nombreuses associations collectent des vêtements, chaussures, linge de maison. Les vêtements les plus adaptés au quotidien sont ensuite redistribués aux plus démunis, tant au niveau local / régional que dans les pays dans lesquels ces associations sont susceptibles d’intervenir par leur action. Les vêtements plus habillés ou exceptionnels (vêtements de grande marque, robes de soirée, costumes, etc.) sont bien souvent conservés par plusieurs associations pour être revendus lors de braderies dont les recettes financent ensuite d’autres actions humanitaires.

-       Vous pouvez les donner pour recyclage : certains points de collectes français sont identifiés comme étant des points de collecte pratiquant également le recyclage de vêtements. Il s’agit notamment de conteneurs sur lesquels est apposé le label Eco TLC, société privée à but non lucratif agréée par l'Etat, qui garantit un traitement fiable des vêtements déposés : dons pour ceux en bon état, recyclage pour les autres. Plusieurs conteneurs sont accessibles dans les communes limitrophes, notamment à Beausoleil. Il est également possible de se rendre à la SMA.

 

Ressources  

-       https://transition-energetique.gouv.mc/content/download/459158/5235985/file/PLAN%20CARTE_A4_Verticale_FINAL141218.pdf   - Carte des points de collecte en Principauté

-       http://www.littlebigmonaco.fr/donner.html   - Liste d’associations récoltant les vêtements en Principauté

-       https://www.vinted.fr/   - Site de vente entre particuliers permettant de donner une seconde vie à ses vêtements

-       https://www.lafabriquehexagonale.com/2010/12/vetements/   - Annuaire des fabricants de vêtements « Made in France »

 

 

 #2 « Réduire le gaspillage alimentaire »

Quel est l’impact du gaspillage alimentaire ?

Le gaspillage alimentaire est un enjeu planétaire important. En chiffres :

-       1/3 de la nourriture produite dans le monde est perdue ou jetée, équivalant à environ 1,3 milliard de tonnes par an

-       La nourriture produite mais non consommée occupe inutilement près de 1,4 milliard d'hectares de terres, ce qui correspond à la superficie du Canada et de l’Inde réunis

-       La production de toute cette nourriture perdue ou jetée requiert environ 1/4 de toute l’eau utilisée en agriculture chaque année

En plus d’occasionner une utilisation inadéquate de nos ressources, l’enfouissement ou l’incinération de ces aliments génère des émissions de gaz à effet de serre qui contribuent aux changements climatiques. Plus de la moitié (55%) du gaspillage alimentaire a lieu en bout de chaîne, après la vente. C’est-à-dire que 55% du gaspillage alimentaire a lieu chez le consommateur… ou dans son assiette au restaurant ! Nous avons donc une grosse responsabilité dans la réduction du gaspillage alimentaire.

Comment réduire le gaspillage alimentaire ?

 

-       Consommer en vrac (cela permet de n’acheter que les quantités nécessaires)

-       Valoriser ses restes (ex : épluchures, pain sec)

-       Congeler les produits dont la DLC est proche ou les restes d’un repas important

-       Penser consommation collaborative (ex : Ecoslowasting ou Too Good to Go)

-       Composter ses déchets alimentaires

-       Faire une liste de courses (et s’y tenir)

-       Eviter le suremballage

-       Manger des fruits et légumes de saison uniquement

-       Faire attention à sa consommation d’eau au quotidien

-       Consommer local (filières courtes)

Comment apporter les restes de son repas au restaurant à la maison ?  

 

A l’occasion d’une conférence de presse donnée le vendredi 13 novembre 2015, la Mairie de Monaco et l’association MC2D ont annoncé que l’opération « Monaco s’engage contre le gaspillage alimentaire », lancée en juin 2014, comptait aujourd’hui avec le soutien des restaurateurs de la Principauté. Ainsi, depuis début 2016, "La petite Boîte" et des sacs en papier au logo de l’opération sont distribués à ces établissements-pilotes. Ces contenants leur permettent de proposer à leur clientèle d’emporter les plats et bouteilles non terminés. Plus de vingt-cinq établissements ont depuis confirmé leur engagement.

 

Ressources  

 -       http://www.gaspillagealimentaire.mc/etablissements-partenaires/   - Liste des restaurants partenaires de la Petite Boite

-       https://i0.wp.com/planetaddict.com/wp-content/uploads/2014/04/a3_gaspillage_1.jpg?w=2400&ssl=1   - Infographie sur le gaspillage alimentaire réalisée par France Nature Environnement

-       https://e-rse.net/gaspillage-alimentaire-consequences-cout-20746/#gs.ovomxj   - Article sur les conséquences du gaspillage alimentaire rédigé par E-RSE

-       https://www.ecoslowasting.com/fr/   - Site officiel d’ecoslowasting

-       https://toogoodtogo.fr/fr   - Site officiel de Too Good to Go

-       http://www.gaspillagealimentaire.mc/Quizz/index.html   - Test pour connaitre son taux de gaspillage alimentaire au quotidien

 

 

 #3 « Ne plus acheter de bouteilles en plastique »

Quel est l’impact des bouteilles en plastique sur l’environnement ?

52 milliards de litres d'eau sont mis en bouteille et consommés par les européens en un an. Cela représente 109,9 litres d'eau par personne et par an. Ce qui fait de L'Europe, le premier consommateur d'eau en bouteille, devant l'Amérique du Nord et le Moyen Orient. L'Europe produit 994 430 tonnes de plastique par an, soit l'équivalent du poids de 100 tours Eiffel. Face à de tels volumes, elle doit donc répondre aux enjeux de recyclage de ces déchets. Commençons par examiner la production d’eau en bouteille plastique. Nul doute que c’est un processus extrêmement énergivore :

-       transport des matières premières

-       fabrication des résines plastiques

-       moulage

-       nettoyage

-       remplissage

-       entreposage

-       mise en packaging

-       acheminement vers les grandes surfaces

On finit par un bilan de 10 cL de pétrole pour chaque bouteille de 1L. Par conséquent, multiplié par les 1 millions de bouteilles vendues dans le monde chaque minute, cela fait beaucoup… Mais le pire arrive ensuite ! En effet, que faire des bouteilles, une fois qu’elles sont bues ? En général, ces bouteilles finissent aujourd’hui en France soit :

-       en décharge

-       en incinérateur

-       dans un centre de recyclage

-       dans la nature

Dans l’état actuel des choses, chacune de ces 4 options posent un problème – plus ou moins important – pour la planète. Il faut souligner que le plastique enfoui peut mettre jusqu’à 1000 ans pour se décomposer. De telle manière qu’il libère dans le sol des produits toxiques qui obligatoirement pollueront notre environnement. Pour ce qui est de l’incinération, le plastique libérera des toxines dans l’air, participant ainsi à la dégradation de l’air que nous respirons. Notons qu’à la fin du processus, il restera des déchets ultimes.

Comment boire autrement ?

-       Acheter une gourde réutilisable

-       Filtrer l’eau du robinet

-       Fabriquer ses propres sodas/jus de fruits

-       Utiliser des capsules comestibles

 

Ressources  

-       https://lemballageecologique.com/wp-content/uploads/2017/08/infographie_eau_en_bouteille.jpg   - Infographie sur l’eau en bouteille

-       https://myequa.com/   - Fabricant de gourdes made in EU

-       https://www.gobilab.com/   - Fabricant de gourdes made in France

-       https://fr.aquaovo.com/    - AQUAOVO est le leader mondial dans le domaine des appareils éco-designs de filtration de l'eau

-       https://www.youtube.com/watch?v=tDS-A6K3B0E   - 17 façons ingénieuses de recycler une bouteille en plastique

-       https://www.youtube.com/watch?v=mDogOhcBZsA   - Reportage sur l’initiative de Décathlon Monaco de bannir les bouteilles en plastique de leurs rayons

 

 

#4 « Utiliser des pailles réutilisables ou biodégradables »

Quel est l’impact environnemental des pailles en plastique ?

 Chaque jour, 500 millions de pailles sont utilisées rien qu'aux États-Unis et 100 millions dans l'Union européenne. Et cela est loin d'être une aubaine. En effet, leur petite taille les rend très difficiles à recycler et elles finissent souvent dans la nature, notamment sur les plages. Elles font d'ailleurs partie des 10 déchets les plus ramassés. Et à défaut d'être ramassées, elles finissent dans l'océan, elles polluent l'eau et deviennent des pièges pour les animaux marins, comme les tortues.

Quelle est la réglementation sur les pailles à Monaco ?  

 

Dans le cadre de sa politique de réduction de la pollution par les plastiques, le Gouvernement Princier a décidé d’interdire, dès le 1er janvier 2019, les pailles et bâtonnets mélangeurs en plastique. Les consommateurs sont invités à les substituer, par exemple, par ceux en bambou ou en métal. C’est en 2016 que ce processus de réduction des plastiques a débuté avec l’interdiction des sacs en plastique à usage unique pour l’emballage des marchandises. Cette interdiction des plastiques s’étendra au 1er janvier 2020 aux cotons tiges, aux assiettes, aux gobelets, verres et couverts jetables.

  

Quels types de pailles puis-je utiliser ?  

-       Bambou - naturelle, réutilisable et ne pollue pas l’environnement. Elles se conservent très bien et sont un accessoire original pour la consommation de toutes vos boissons.

-       Inox - respectueuse de l’environnement, ajoutant une véritable touche d’originalité à la consommation de vos boissons. Elles sont à la fois inoxydables, sans risque de corrosions et sont très facile à nettoyer et donc à réutiliser. Ces pailles en métal ne laissent aucun goût ni de sensation métallique lors de son utilisation.

-       Pâte - fabriquée avec de l’eau et du blé naturel, elle constitue aussi une alternative aux pailles en plastique. La seule contrainte est que la paille en pâte ne tient pas longtemps dans le verre. Après 15-20 minutes dans la boisson, la paille en pâte se ramollie.

-       Sucre - pour accompagner la consommation de n’importe quelle boisson, cette paille comestible est rigide et s’adapte facilement à toutes les boissons. Elle ne retire pas le goût et ajoute une touche gourmande à la fin de la consommation de sa boisson. Ne pollue pas, sans toxine et surprenante, cette paille laissera une expérience unique et un souvenir inoubliable à ceux qui la testent.

-       Pomme - paille comestible produite à base de fibres naturelles. Biodégradable, cette paille en pomme sans sucre ajoutée permettra de terminer votre boisson par une touche gourmande. Elle convient aux boissons chaudes et froides et se conserve jusqu’à 2 ans.

-       Roseau - biodégradable et compostable. Elle est fabriquée à partir d’une ressource naturelle renouvelable, les tiges de roseaux. La paille en roseau c’est finalement la paille en bambou « Made in Europe » : une paille naturelle, avec un diamètre spéciale pour les smoothie et cocktails, et enfin elle est écologique et biodégradable.

-       Paille - entièrement biodégradable. Réalisée à base de blé naturel, elle ne polluera ni la Terre ni les océans. Et le blé étant une ressource facilement renouvelable, la paille en paille jetable est une alternative 100 % responsable et durable.

-       Papier - biodégradable et a l’avantage d’être jetable. Après utilisation, vous aurez la possibilité de la jeter dans la poubelle de recyclage. 100% éco-responsable elle est l’alternative idéale de la paille en plastique jetable. Attention toutefois à un arrière-gout de papier lorsqu’elle reste longtemps dans le verre.

-       Verre - réalisée à partir d’un des meilleurs verres disponibles sur le marché. Comme votre verre d’eau, votre paille aura une utilisation illimitée. Originales et designs, ces pailles peuvent surprendre vos invités, convives ou clients. Attention toutefois à ne pas la faire tomber !

-       Silicone - fabriquée sans plomb, sans toxine, ni PVC. De largeur standard, elle convient parfaitement aux adultes comme aux enfants. Elle se plie facilement et n’abîme pas les dents. Elle sera parfaite pour déguster vos boissons préférées chaudes comme froides y compris les boissons gazeuses. Elle ne flottera pas dans votre verre et ne laissera aucun arrière-goût de PVC alimentaire.

-       Et bien d’autres encore ! (avocat, glace etc.)

 

Ressources  

-       http://sorbos.fr/   - Fabricant espagnol de paille en sucre

-       https://lespailles.com/   - Site proposant diverses alternatives au plastique

-       https://paillesenbambou.com/   - Fabricant de pailles en bambou

-       https://capbambou.fr/   - Fabricant d’alternatives au plastique

 

 

 #5 « Ne plus utiliser de lingettes »

Quel est l’impact écologique des lingettes ?

Les lingettes ont envahi notre quotidien . Qu’elles soient destinées aux enfants, au ménage ou au démaquillage, elles sont partout. Selon le ministère de la Transition écologique, près de 4 foyers sur 10 en utilisent, à raison de 7 lingettes par semaine en moyenne. Pourtant, les lingettes sont désastreuses pour l'environnement. Elles bouchent les canalisations des toilettes et bloquent les pompes des stations d'épuration. Imbibées de produits chimiques, les lingettes contiennent 90% de plastique. Elles génèrent 23 kg de déchets par personne et par an, contre 1,2 kg pour les nettoyants traditionnels. L’ADEME notait dans son rapport de 2016 sur les déchets « la très forte progression des textiles sanitaires (lingettes, couches), avec 34 kg par habitant soit 8 % du total » ces dernières années. L’Afise, l’association française des industries de la détergente, estimait déjà en 2009 que les lingettes jetables nettoyantes représentaient pas moins 0,05 % de nos déchets ménagers, et que s’en passer permettrait d’économiser plus de 5 millions de m3 d’eau par an, soit la consommation d’une ville de 100 000 habitants ! Ces chiffres ont depuis progressé, tandis que le WWF souligne que les lingettes jetables sont 16 fois plus chères et créent 20 fois plus de déchets que le nettoyage classique.

 

Comment remplacer leur utilisation ?

1)  Utiliser un gant de toilette classique

2)  Utiliser des lingettes lavables (éponge, coton, microfibre, bambou etc.)

3)  Fabriquer ses propres lingettes

4)  Utiliser du liniment sans rinçage

5)  Utiliser du vinaigre de cidre

6)  Utiliser des cotons réutilisables

 

Ressources  

-       https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=3c6VADaA-fI   - Vidéo tutoriel pour fabriquer ses propres lingettes et son liniment

-       https://mespetiteslingettes.com/   - Fabricant de lingettes et cotons lavables Made in France

-       https://www.tendances-emma.fr/   - Fabricant d’alternatives aux lingettes (en partenariat avec une réinsertion professionnelle de détenus)

 

 

#6 « Apporter son propre contenant au supermarché ou en take away »

Dans quel contexte puis-je apporter mon contenant ?

Grande première dans la grande distribution : on peut désormais apporter ses propres emballages pour faire ses courses dans les enseignes Carrefour. Cette mesure, qui existe déjà dans certains magasins bio, concerne les rayons boucherie, poissonnerie, boulangerie et fromagerie. À condition qu'ils soient propres et transparents, les Tupperware et autres bocaux des clients peuvent être utilisés par les employés du supermarchés pour entreposer les denrées.
Mais depuis peu, il est également possible d’apporter son contenant dans divers restaurants partenaires de la Principauté. La vente à emporter, qui génère énormément de déchets, a donc décidé de valoriser cette initiative écoresponsable.

Comment procéder ?

 Vous pouvez désormais acheter votre tranche de jambon, votre salade composée, votre morceau de fromage ou vos olives en vrac dans votre récipient personnel en verre, ou même, à la rigueur, en plastique. Il vous suffit de donner votre récipient au salarié du rayon service à la coupe, qui s'occupera de tout. Au rayon vrac, il vous faut d'abord peser votre bocal ou votre sac tissu, coller dessus le ticket que vous imprime la balance pour indiquer le poids, remplir votre contenant, scanner le code barre du poids du contenant et la balance imprime alors le ticket à code barre avec le poids et le prix du contenu.

 

Ressources  

-       http://www.monacohebdo.mc/26688-zero-dechet-comment-latteindre-monaco   - Article de Monaco Hebdo sur le zéro déchet en Principauté

-       https://transition-energetique.gouv.mc/Les-Actus-de-la-MTE/Les-commerces-monegasques-s-engagent-dans-le-zero-dechet   - Article sur le site de la MTE concernant les commerçants acceptant les contenants

-       https://www.lateliermieldedelphine.com/   - Fabricant artisanal d’Apifilm (un emballage alimentaire naturel réutilisable, sans plastique) Made in France

 

#7 "Télécharger l'application GEEV" !

 

G eev ou l'économie circulaire et solidaire !

Anciennement baptisée "Adopte un objet", GEEV est la première plateforme collaborative anti-gaspi française spécialisée dans le don d’objets et de produits alimentaires entre particuliers. 

La communauté collaborative a vu le jour sur Facebook autour d'une idée : donner une seconde vie aux objets. Au-delà du dons d'objets et de nourriture, les membres partagent quotidiennement bons plans et astuces. 

Lutte contre le gaspillage alimentaire, seconde vie... GEEV a tout bon ! Ou quand chaque petit geste entraîne un grand changement… 

---

➡️ www.geev.com
➡️ Application gratuite
➡️ Tutos vidéo: https://geev.com/support/#tuto-video

En apprendre plus sur le Pacte National de la Transition Énergétique Accéder au site Coach Carbone du Pacte
Rejoignez-nous sur Facebook Rejoignez-nous sur Instagram
Mission pour la Transition Énergétique

18 Allée Lazare Sauvaigo
98000 MONACO

Téléphone : (+377) 98 98 47 59
http://transition-energetique.gouv.mc/Moyens-d-action/Les-Eco-gestes/Les-Eco-gestes-Consommation